Causes et facteurs de risque

Différents facteurs peuvent contribuer à l’apparition de la maladie de Verneuil ou l’Hidrosadénite Suppurée (HS)

Bien que les causes de la maladie de Verneuil,  soient encore méconnues, les travaux de recherche suggèrent que l’occlusion des follicules pileux ou un dysfonctionnement du système immunitaire sont au centre de cette maladie.1,2 Le système immunitaire est un système qui, en situation normale, protège le corps contre les agents pathogènes comme des virus, des bactéries ou des parasites.

La maladie de Verneuil est une maladie inflammatoire chronique et invalidante de la peau caractérisée par des lésions cutanées inflammatoires répétitives, généralement situées profondément dans les zones corporelles riches en glandes apocrines.3 Ces glandes apocrines, qui commencent à travailler à l’adolescence, contribuent à la régulation de la température corporelle et à l’apparition de l’odeur caractéristique de la sueur. Les glandes apocrines sont situées dans des régions telles que les aisselles et l’aine, où des follicules pileux sont également présents.4,5 Quand ces follicules pileux s’obstruent, des nodules, des abcès ou des fistules se forment qui sont caractéristiques de la maladie.1,2

Il est important de savoir que la maladie de Verneuil n’est pas contagieuse, qu’elle n’est pas causée par une infection ni due à un manque d’hygiène.1,3

Différents facteurs augmenteraient le risque de souffrir de la maladie de Verneuil:

Facteurs de risque

Age3

La maladie peut survenir à tout âge, mais apparaît généralement chez l’adulte au début de la vingtaine. Le risque diminue au-delà de 50 ans.

Sexe3

Les femmes sont trois fois plus souvent atteintes que les hommes.

Hormones1,2

L’intervention de facteurs hormonaux a été suggérée. En effet, la maladie se déclenche rarement avant la puberté ou après la ménopause. Néanmoins, les études scientifiques réalisées à ce jour n’ont pas pu mettre en évidence le rôle exact de ces facteurs hormonaux dans le développement de la maladie. Un lien direct n’a, à ce jour, jamais pu être établi.

Génétique3

La maladie semblerait avoir une composante génétique. Des antécédents familiaux de la maladie ont pu être observés chez une personne sur trois.

 

Mode de vie

Tant le tabagisme que la surcharge pondérale sont considérés comme des facteurs de risque ou des facteurs aggravants de la maladie.2,3 La surcharge pondérale peut être source d’inconfort suite à une transpiration excessive et au frottement accru aux endroits atteints.6

Arrêter de fumer n’est pas une tâche aisée mais qui en vaut la peine car cela contribuerait à diminuer la gravité de la maladie. Dans certains cas, la maladie avait totalement disparu!7 Afin de vous aider dans votre démarche, n’hésitez pas à consulter un tabacologue qui vous fournira les conseils nécessaires pour arrêter de fumer (ces visites sont remboursées par la mutuelle). Visitez le site web www.tabacstop.be pour toute information supplémentaire.

Des recherches récentes indiquent que perdre du poids aurait un effet positif sur les symptômes de la maladie. 35% des patients ayant subi une importante perte de poids (au moins 15% de leur indice demasse corporelle) ne se plaignent plus des symptômes de la maladie.8


1 The British Association of Dermatologists. Hidradenitis Suppurativa. Disponible à: http://www.bad.org.uk/shared/getfile.ashx?id=88&itemtype=document. Consulté février 2016.

2 Collier F, Smith R, Morton C. Diagnosis and management of hidradenitis suppurativa. BMJ 2013; 346: 29-32.

3 Jemec GBE. Hidradenitis Suppurativa. N Engl J Med 2012; 366: 158-164.

4 Beier K, Ginez I, Schaller H. Localization of steroid hormone receptors in the apocrine sweat glands of the human axilla. Histochem Cell Biol 2005; 123: 61-65.

5 Sato K, Leidal R, Sato F. Morphology and development of an apoeccrine sweat gland in human axillae. Am J Physiol 1987; 252: 166-180.

6 Mayo Health Clinic. Hidradenitis Suppurativa. Disponible à: http://www.mayoclinic.com/health/hidradenitis-suppurativa/DS00818. Consulté février 2016.

7 Buimer MG, Wobbes T, Klinkenbijl JHG. Hidradenitis suppurativa. British Journal of Surgery 2009; 96: 350-360.

8 Kromann CB, Ibler KS, Kristiansen VB et al. The Influence of Body Weight on the Prevalence and Severity of Hidradenitis Suppurativa. Acta Derm Venereol 2014; 94: 553-557.